Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

La technologie rend les entreprises plus flexibles et améliore les conditions de travail

28 Février 2018

L’étude menée par le Conseil d’Orientation et d’Emploi (COE) met en évidence le lien réel existant entre le niveau de numérisation de l’entreprise et le recours aux moyens d’organisation du travail flexibles.

En effet, la transformation numérique permet de créer de nouveaux dispositifs de plus en plus innovants en matière d'organisation de travail.

Avec la technologie émergente, les entreprises ont la possibilité de tester différentes méthodes en vue de trouver la meilleure solution selon leur organisation de travail tout en prenant compte des différents défis économiques.

En bref, la numérisation multiplie les collaborations internes et externes, assure un meilleur contrôle et limite les contraintes physiques et psychiques au sein d’une entreprise.

Pour aboutir à ses résultats, le COE s’est basé sur 3 critères principaux : l’intérêt, la complexité et l’intensité du travail. Ainsi, ces variables dépendent de l'intensité de l'usage des technologies. Concrètement, l'apport de la technologie numérique est mesuré selon une certaine part du temps de travail (soit de 60 à 80 %). Au-delà de ce chiffre, l'utilisation de la numérisation devient « négative pour l’intérêt et l’intensité du travail, et stable pour sa complexité ».

Comment s’améliorent les conditions de travail ?

Une bonne optimisation des outils numériques pallie les inconvénients que peut causer la surutilisation de la technologie et offre de meilleures conditions de travail. La solution numérique présente les avantages suivants :

  • Stimulation de l’intérêt au travail
  • Réduction des efforts physiques
  • Meilleure optimisation de la gestion du temps de travail
  • Garantie d’autonomie
  • Flexibilité accrue de l'organisation des structures et le temps de travail
  • Excellente collaboration interne et externe

Pour pouvoir exploiter au maximum la numérisation, chaque acteur (dirigeant d’entreprise, salariés ainsi que l’État) doit apporter leur pierre à l'édifice.

Le Conseil, lui, prône le dialogue social afin « d’accompagner la définition de la stratégie des entreprises et permettre l’indispensable appropriation collective des enjeux avec toutes ses conséquences en termes d’évolution des métiers, d’organisation du travail, de contenu du travail et des situations de travail ».  En outre, la négociation sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) s'avère un outil approprié pour relever les multiples défis liés à la vie professionnelle. 

Encore faut-il qu’il soit utilisé à bon escient par les entreprises - comme une stratégie à long terme. La GPEC a pour but de faire évoluer sa stratégie d'entreprise en fonction de l'évolution numérique. En somme, pour assurer le bon déroulement des opérations, il va falloir faire preuve de prévoyance afin de mieux anticiper les métiers et les compétences de demain.