Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

Quel avenir pour l’intégration des travailleurs handicapés

15 Décembre 2017

La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) vient de prendre fin dimanche 19 novembre dernier. L’événement, organisé par l’association LADAPT, a réuni plusieurs acteurs militant pour la cause des personnes invalides dans toute la France. Cette semaine a eu pour objectif principal d’améliorer les mentalités, réduire les préjugés et optimiser la perception du handicap en entreprise. Mais alors que l’évènement en est aujourd’hui à sa 20e édition, la problématique de l’insertion des travailleurs handicapés reste toujours d’actualité. A près d’un mois de la fin de l’année 2017, qu’en est-il de l’état des travailleurs handicapés en France, et quel avenir leur réserve-t-on en termes d’intégration en entreprise ?

Qu’en dit la loi française ?

L’emploi des travailleurs en situation d’invalidité est régi par une obligation légale en France. Selon la loi de 1987, toutes entreprises françaises employant 20 salariés ou plus – toutes activités confondues, doivent enregistrer un taux de travailleurs handicapés, en CDD ou CDI, à un taux minimum de 6 % de leur effectif total. Une mesure qui exclut uniquement les petites PME comptant moins de 20 salariés.

Dans le cas où ce taux minimum d’emploi n’est pas atteint, l’entreprise est contrainte de verser une contribution financière annuelle à l’AGEFIPH pour les entreprises du secteur privé, et au FIPHFP pour les sociétés du secteur public.

Qu’en est-il du financement de l’aide aux travailleurs handicapés ?

Ce système de contribution financière continue toujours de faire ses preuves, mais s’avère insuffisant aujourd’hui pour garantir l’insertion des travailleurs handicapés en entreprise.

Par manque de financement, l’AGEFIPH fait aujourd’hui face à de nombreux problèmes. D’un côté, le seuil des 6 % est loin d’être effectif. D’un autre, l’AGEFIPH est de moins en moins capable de financer ses missions d’accompagnement des travailleurs handicapés, notamment dans l’aide au maintien de l’emploi.

Selon LADAPT, la contribution financière à l’AGEFIPH a connu une forte baisse, 30 %, en 7 ans, passant de 754 millions d’euros en 2008 à 404 millions en 2015. Le nombre de travailleurs déclarés est bien plus élevé qu’il y a 30 ans, mais les ressources financières ne cessent de diminuer, alors que les besoins continuent d’augmenter.

Ces chiffres remettent en question l’avenir des modes de financement des aides aux personnes en situation de handicap pour le secteur privé. Les moyens financiers de l’AGEFIPH tarissent progressivement, impactant directement sur l’accompagnement des travailleurs handicapés.

Quelles perspectives pour l’intégration des travailleurs handicapés en entreprise ?

Le CNH (Conseil National Handicap) étudie depuis un an, plusieurs pistes et solutions qui s’adaptent mieux aux besoins actuels. La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées devrait rendre public des idées de mesures possibles allant dans ce sens.

Quelques 150 actions ont été organisées sur le territoire lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH). Des conférences et tables rondes ont ainsi été organisées pour mobiliser les instances publiques, les médias, les fondations et les entreprises. Des actions de sensibilisation ont également été menées pour lutter contre les idées reçues. Sans oublier les « actions emploi » visant à pousser les travailleurs handicapés à aller vers les recruteurs, pour lutter contre les préjugés concernant leurs compétences professionnelles en tant que personne en situation de handicap.

La Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH) a aussi permis aux entreprises de s’engager en faveur de l’insertion des travailleurs handicapés. A l’exemple des agences d'intérim qui ont manifesté leur désir de s’impliquer davantage dans le recrutement de personnes en situation de handicap, grâce à leur participation active à l’événement.

Une démarche « diversité en entreprise »

Parler de « diversité en entreprise » inclut notamment la reconnaissance et la valorisation des différences individuelles. Cette démarche consiste donc à considérer chaque employé comme une valeur ajoutée influant sur la performance de l’entreprise. La gestion de la diversité en entreprise a été soulevée lors de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH). Qui dit « diversité » fait obligatoirement référence à l’inclusion. Il ne s’agit donc pas uniquement pour l’entreprise d’accepter la cohabitation entre personne normale et personne à handicap physique. Mais surtout de trouver une façon de valoriser les potentiels multiples au sein de l’entreprise. Concrètement, une personne handicapée est toute aussi éligible à un poste de cadre qu’un employé normal. Mais cela reste un défi à relever pour la plupart des entreprises. 

Prenez le temps de discuter avec un conseiller Interaction Interim afin de trouver un poste ouvert aux personnes en situation de handicap