Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

Logo Groupe Interaction

Le spécialiste de l'emploi à votre service depuis plus de 25 ans

Améliorer les compétences stimulerait la création d’emplois en France

28 Mars 2018

Le taux de chômage reste élevé bien que la situation du marché de travail soit actuellement confortable. En effet, le bon moral des employeurs ainsi que la hausse des offres d’emploi devraient normalement stabiliser l’embauche en France. Cependant, la réalité est tout autre. Et cela est dû au manque de compétences vis-à-vis des postes proposés. Pour pallier cette pénurie, l’OCDE fait un appel à de nombreux pays dont la France afin que tout le monde puisse bénéficier d’un enseignement et d’une formation de qualité de manière à ce que les compétences soient utilisées à bon escient.

Selon les statistiques publiées par l’Insee en novembre,  le taux de chômage en France (départements d’outre-mer, hors Mayotte) s’élève à 9.7 %. Les personnes non qualifiées se retrouvent en haut du classement ; le taux de chômage est de 20,3 % pour les personnes non qualifiées, soit 5 fois plus que celui des cadres et 2,5 fois supérieurs à celui des employés (10,2%).

Depuis la fin des années 60, les générations de populations peu diplômées connaissent le chômage de masse. Ce problème affecte encore plus les jeunes possédant peu de compétences. Statistiquement, 70 % des jeunes en 2013 étaient sous CDD. En 2016, seulement 39 % l'étaient toujours selon l'enquête du Céreq.

Un retard au niveau européen

En comparaison à d'autres pays comme le Danemark, la Finlande et la Nouvelle-Zélande, la France est en retard sur la formation des adultes. Concrètement, seulement 32 % des adultes ont suivi une formation professionnelle durant ces 12 derniers mois et ce taux s’élève à 12 % chez les personnes peu qualifiées. Alors que dans les pays cités, plus de 55 % en ont bénéficié. Le gouvernement français envisage sérieusement un projet de réforme de la formation professionnelle avec la mise en place de dispositifs tels qu’un système de labellisation des organismes de formation et la création d’une application en ligne facile à utiliser.

La France comprend un nombre important de personnes peu compétentes à l'écrit et en mathématiques. Qui plus est, l’offre de formations pour adultes est limitée. C’est pourquoi l'offre et la demande se retrouvent en inadéquation. Le manque de compétences affecte les secteurs comme l'enseignement, la formation, l'ingénierie, mais aussi les soft skills comme l’expression orale et le management.

Des solutions de formation existent

Pour résoudre ces problèmes, des solutions existent, notamment l’alternance et l'apprentissage. Néanmoins, elles ne sont pas assez utilisées. Le compte personnel de formation (CPF) est une bonne démarche. L’offre de formation s'enrichit, mais n’est pas suffisante et ne répond pas toujours aux attentes des entreprises.

L’OCDE indique qu’il faut agir dès le parcours scolaire. L'orientation professionnelle est fondamentale. L'idée d'adapter les services d'orientation scolaire aux besoins du marché du travail est une solution appropriée. Mais avec le nombre de dispositifs et d’acteurs qui augmente, cela nuit à la lisibilité de l'information. L'orientation professionnelle  n'est pas toujours conforme aux besoins du marché du travail. Tout comme les résultats des évaluations de ces besoins qui sont sous-utilisées.

L’organisme préconise la mise en place « d’une plateforme de partage des connaissances entre les parties prenantes et d’un portail facile à utiliser réunissant toutes ces informations ». Sa démarche vise à lutter le plus rapidement possible contre les déséquilibres de compétences en France.